USA 2018 : preparation du projet

Le but est de détailler les grands axes de la preparation projet USA 2018.

Voici un sommaire:

  • Avoir un theme
  • Projet réaliste?
  • Lister les risques pour les anticiper
  • Difference entre la carte et le terrain
  • Se familiariser avec les outils
    • Le traceur GPS offline
    • La radio
  • Brainstorming et points d’interet
  • Le parcours
  • Echelle
  • Rédaction du Roadbook
  • Rythme du voyage

 

Avoir un theme

 

 

Ce sera : Nature, Astronomie, et étrangetés du desert…. dans le désert de Mojave, aux USA

 

Projet réaliste?

La priorité est bien-sûr la sécurité.

Toutes les étapes du roadtrip restent annulables si le terrain n’est pas sûr le jour-J.

Depuis des années, j’ai créé un outil (ci-dessous) pour voir la faisabilité de mes projets de voyages.

 

 

Lister les risques pour les anticiper

Profiter des experiences des autres, pour lister les vrais risques du terrain. (ci-dessous un extrait de checklist)

 

 

 

 

Se familiariser avec les outils

 

 

Le traceur GPS offline

Le but est de sauvegarder le parcours, exporter les statisitques.

Les critères sont :

  • il doit fonctionner sans reseau (telephone/wifi)
  • les fichiers doivent être en .kml pour utilisation dans Google earth
  • Sans pub
  • une fois paramétré, il est simple et rapide

 

Après de nombreux tests, l’application GPSLogger est retenue.

 

installation dans la voiture

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Resultats:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La radio

Les fréquences :

Si on utilise des radio CB pour les sections Offroad, il faut garder en tête que les frequences peuvent ne pas être les même qu’en France.

Et comprendre les réglages :

Les emetteur-recepteurs ont des réglages pour chercher les frequences, ou filtrer le signal, et vaut mieux comprendre avant d’en avoir besoin…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Brainstorming et points d’interet

à cette étape là , il faut enregistrer tous les points interressants:

  • Interet historique, photo, ou Astro.
  • on triera plus tard. Des bons outils sont Google earth, ou Google maps,  car on pourra exporter ces points pour les enregistrer.
  • Bien annoter ces points pour savoir si c’est juste pour une photo, ou une demi-journée sur place.
  • on ne juge pas les distances.

Le parcours

Cette étape est lente, car :

  • Mettre les sections les plus risquées au début.
  • il faut passer par un maximum de points, le plus intelligement possible.
  • verifier les dénivelés importants,
  • Le danger des mines verticales
  • Surveiller les anciennes voies ferrées, car elles sont pratiques pour se reperer, mais dangereuses pour les pneus.
  • Verifier les autorisations car des terres et routes sont utlisées par la Nasa ou le gouvernenment et la sécurité ne plaisante pas du tout. (area 51)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Survol du parcours avec google earth

 

 

 

Echelle

 

Gràce à Google Earth et MarGEE, on peut visualiser la taille du terrain de jeu. 

La rédaction du roadbook.

Numéro: Chaque point de passage est numéroté.

Miles: La distance entre le point et le point precedent. Car il n’y a vraiment peu de panneaux.

Type: Catégorie du point: si c’est un spot photo, une ville-étape, des endroits astro, des monuments…

Terrain: Il faut verifier le revettement du terrain. Cela impact la vitesse moyenne.

Nom-adresse GPS : trouver les adresses precises car certains poins sont middle-of-nowhere

Infos sup.: Les indications avant de partir au point suivant. Les routes à ne pas prendre. Les repères géographiques.

Boucles : Si on passe 2 fois au même endroit, c’est une boucle. L’indiquer sur le roadbook permet de voir rapidement quels points peuvent être sautés en cas de changement de planning.

 

Rythme du voyage

Le roadbook fini, on a le kilometrage total du parcours .

On a 100 points de passages sur 2 231 miles 3600km pour 22 jours.